deenfrit

HISTORIQUE DE NEROFORM SA, SOCIETE SUISSE POUR LA DÉSINFECTION DES TÉLÉPHONES

Création de l’entreprise en 1910

 

Le 23 avril 1910, Alfred Geiser Senior, actionnaire et directeur général de Securitas SA, racheta, avec ses partenaires commerciaux (famille Spreng / Securitas), la « Société de désinfection de téléphones des établissements du Dr Rudels Nerotik » de Berlin.

 

Le 29 juin 1910, la Société de désinfection de téléphones fut rebaptisée Neroform SA. Le 20 août 1910 fut conclu un deuxième contrat avec les établissements berlinois Nerotik, ce qui permit à Neroform SA de distribuer les produits à l’échelle mondiale. De plus, la raison sociale et la marque furent protégées de manière globale.

 

Le 26 octobre 1910, un des trois fondateurs quitta Neroform SA.

Sur ce, pour des raisons d’organisation, Neroform SA confia à Securitas SA l’administration et l’exploitation intégrale de l’entreprise.

Alfred Geiser, directeur général de Securitas jusqu’à son décès en 1929, dirigeait également Neroform.

 

Le mandat liant Neroform SA et Securitas SA perdura jusqu’en 1944.

 

Le secteur d’activité Désinfection de téléphones de Neroform SA s’étendit en 1938, avec la prise en charge du nettoyage des cabines téléphoniques des anciens PTT (aujourd’hui Swisscom) à l’échelle suisse.

 

Fin 1944, la famille Geiser échangea ses actions Securitas contre des actions Neroform. Neroform SA fut ainsi séparée de Securitas SA et la famille Geiser se retrouva en possession de l’ensemble des actions Neroform. La séparation entre Securitas SA et Neroform SA se déroula dans un esprit amical.

Hans R. Geiser fut nommé nouveau président du conseil d’administration.

 

Grâce à une publicité intense et à l’extension de ses activités commerciales, Neroform SA acquit après 1944 une renommée qui dépassa la Suisse. Elle fut de surcroît en mesure de vendre ses produits à des partenaires licenciés opérant dans de nombreux pays sur plusieurs continents.

 

De fin 1944 à 1987, Hans R. Geiser exerça la fonction de directeur de Neroform SA.

A la retraite, il resta encore membre actif du conseil d’administration jusqu’en 2003.

Au cours de ses longues années d’activité, il a su mener avec talent et assurance la société au travers des hauts et des bas en tous genres. Cette période fut marquée par le maintien et l’extension des secteurs d’activité de base de Neroform SA.

 

Dès 2003, Richard Geiser (membre du conseil d’administration depuis 1977) et Ulrich Geiser (membre du conseil d’administration depuis 2003) ont repris la gestion active de la société. Dirigée depuis plus de 100 ans par des membres de la famille Geiser, Neroform SA vit désormais avec la troisième génération.

 

Des membres de la quatrième génération de la famille Geiser travaillent également pour la société. Adrian Geiser est étudiant en économie d’entreprise à l’université de Berne et apporte sa contribution à différents projets de Neroform SA.

 

En 2002, Neroform SA reprend la société HGG Sàrl sise à Baden et étend ainsi ses activités dans le domaine du nettoyage général.

L’entreprise change de raison sociale et est rebaptisée HGG Neroform Sàrl. Son activité englobe notamment les services de conciergerie, le nettoyage de bâtiments et l’élimination des graffitis.

 

La Neroform

Peu de temps après l’acquisition, force fut de constater que, malheureusement, le produit de la société de désinfection devait faire l’objet d’améliorations. Sur ce, Neroform SA chargea l’Université de Berne de développer un nouveau produit. Le nouveau produit Neroform 1911 avait, pour l’époque, un effet désinfectant « révolutionnaire » d’environ 14 jours.

Le perfectionnement permanent du produit de désinfection Neroform dans le domaine dermatologique et bactériologique a permis, en 1976, d’améliorer l’effet désinfectant pour l’étendre à plus d’un mois.

Depuis, le produit Neroform G se situe au premier rang mondial des désinfectants de surfaces avec effet longue durée.

 

1. Domaine d’activité : entretien des téléphones

Neroform n’a pas été uniquement vendu et utilisé en Suisse, il a également été exporté vers l’étranger, entre autres vers la Suède, les Etats-Unis, la Belgique, le Brésil, le Venezuela, l’Italie, le Liechtenstein, le Zaïre et l’Allemagne. Aujourd’hui encore, la désinfection de téléphones et d’appareils de bureau est un domaine d’activité essentiel de Neroform SA.

 

2. Domaine d’activité : nettoyage de cabines téléphoniques

Dès 1938 et jusqu’en 2005, la société prenait en charge, outre le nettoyage des téléphones, celui des cabines téléphoniques des PTT.

 

3. Domaine d’activité : nettoyage de calculateurs électroniques (dès 1978)

Les machines à calculer classiques ayant cédé la place aux calculateurs électroniques, un nouveau secteur du nettoyage a vu le jour. Au fil du temps, le nettoyage d’ordinateurs s’est ensuite développé.

 

4. Domaine d’activité : nettoyage d’ordinateurs

Avec la généralisation des ordinateurs, le domaine de la désinfection s’est étendu aux appareils de bureau. Aujourd’hui, le matériel informatique et l’intérieur des ordinateurs sont nettoyés et des contrôles des logiciels sont effectués. La désinfection des périphériques tels que les claviers et les souris est pourtant primordiale, car ces derniers présentent en général une charge bactérienne nettement plus élevée que les lunettes de toilettes (voir l’étude microbiologique de 2006).

 

5. Protection contre les graffitis et nettoyage de graffitis

Après d’importantes recherches dans le domaine de la protection des bâtiments, et particulièrement de la protection contre les graffitis, notre société a abandonné le développement de ses propres produits. Dans le domaine de la lutte contre les graffitis, nous avons pris en charge la vente des produits de l’entreprise EuroGuardian pour la Suisse depuis fin 2006. Nous considérons le revêtement EuroGuardian comme inégalable, notamment en termes de protection des façades contre les tags. Les surfaces couvertes par le revêtement EuroGuardian sont protégées durablement. L’élimination de graffitis peut être effectuée jusqu’à 500 fois à peu de frais sans que la façade soit altérée.

 

6. Autres domaines

Service de bâtiments englobant divers travaux de nettoyage, l’entretien des sols, le service concernant les stores et l’entretien de bâtiments.

 

7. Nanotechnologies – Nanoform

La recherche dans le domaine des nanotechnologies n’a, jusqu’alors, débouché sur aucun résultat totalement satisfaisant. Aujourd’hui, il est certes possible de couvrir des surfaces de nanoparticules afin d’obtenir un effet « phénoménal » de résistance à la salissure. Toutefois, sur la base des connaissances dont nous disposons, nous ne pouvons pas exclure entièrement l’impact ultérieur sur l’environnement lors de la libération de nanoparticules. Dans cette optique, le conseil d’administration a décidé de patienter avant de lancer des produits plus propres issus des nanotechnologies.

Les recherches actuelles se concentrent désormais sur des revêtements dont les plus petites particules ont une dimension de plusieurs centaines de nanomètres, ce qui permet d’exclure tout danger latent pour l’être humain et pour l’environnement.

La commercialisation de produits issus de ces recherches sera effectuée à l’avenir sous la marque Nanoform déjà protégée.